Deux lancements en moins de 15 jours, c'est beaucoup pour le petit monde du design... En l'occurence, je parle du site withdesigners.com et go2prod.com.

Volonté affichée: permettre de créer du lien entre les industriels et les designers, en aidant les premiers à trouver les seconds. Ceci devant se faire au travers de la présentation des books des designers, ou encore grâce à un accompagnement de type conseil.

L'idée est évidemment bonne, mais je me pose tout de même quelques questions:

1. Dans un univers où les notions de relationnel sont aussi importantes que le design, quelles sont les typologies d'entreprise qui iront réellement sourcer des créatifs dans ces "banques de créa". Toute la recherche sur les liens existant entre les designers et les entreprises tend à démontrer que les réseaux et la proximité relationnelle sont des critères clés. Au point même dans certaines industries que l'on parle tout simplement de relation dyadique (ce qui, au sens de Granovetter, en dit long sur la solidité et l'aspect informel des liens qui sont instaurés). De ce point de vue, j'ai un peu peur que les designers présents sur ces sites ne se retrouvent régulièrement face à des entreprises primoutilisatrices, ce qui impliquera une réelle pédagogie du point du vue du processus de développement et beaucoup de fermeté du point de vue comptable...

2. Se pose ensuite la question de l'évaluation de la prestation design elle-même. Je me pose toujours la question de savoir quelle est la réelle valeur de ce type de sourcing pour la personne qui poste son book. A priori, les grosses agences ne le feront pas, ainsi que ceux qui sont débordés de travail. Partant de là, et malgré l'aspect très qualitatif des sites, j'ai un peu le sentiment parfois de voir l'équivalent d'une agence de mannequins avec son pool de "disponibilités créatives". On peut penser aux concours designboom etc. qui bradent à mes yeux la valeur du travail des designers.

3. Un dernier point qui me paraît fondamental: les créatifs qui cherchent désespérément des agents et qui courent sur ce type de sites me semblent avoir oublié qu'externaliser la fonction commerciale est excessivement dangereux, surtout lorsque l'on est dans des marchés où la valeur est dans le cerveaux des personnes concernées. Partant de là, poster son book est une idée, mais en attendre de quoi vivre n'est pas extrêmement pertinent...

Ceci étant dit, et malgré ces trois remarques, il y a évidemment à boulevard à exploiter dès qu'il s'agit de rendre plus fluides les relations entreprises-designers et je souhaite sincèrement que ces deux sites convertissent un maximum d'entreprises au design.