Marketing Pro a lancé un dossier spécial sur le design sonore qui se révèle passionnant.

On y trouve un article d'un des précurseurs de la pratique, Michaël Boumendil, ainsi que des points de vue un peu plus pointus sur certaines problématiques. D'une manière générale cependant, je suis toujours étonné par les différences de discours et d'approches pouvant exister entre le monde de la recherche, celui des agences, et la mise en place réelle.

Si l'on regarde les résultats d'une étude menée dans un hypermarché, on obtient tout de même des résultats qui laissent rêveur:

60% des clients n'apprécient pas la musique

87% n'écoutent pas les publicités

88% trouvent l'environnement sonore trop bruyant

etc.

Nous avons donc:

1. Des chercheurs académiques extrêmement pointus, et qui soulignent l'importance du son au travers de nombreuses études. De ce point de vue, un nombre impressionnant de variables et leurs conséquences en termes d'achat, de plaisir etc. ont été analysées et fournissent un corpus extrêmement fourni et d'une très grande qualité.

2. Des agences qui développent un discours très argumenté autour de la nécessité de "développer le territoire de marque sensoriel" etc. Le tout avec des termes parfois totalement abscons, ce qui soulève la question de savoir quelle est la réelle compréhension qu'elles ont du phénomène. (combien de ces agences se sont véritablement tournées vers les résultats de la recherche avant de proposer des ambiances sonores soit disant dédiées aux marques ou au service des clients ???).

3. Des applications réelles où l'environnement sonore se révèle au final complètement subi et totalement déconnecté des attentes des clients. Pire, on pourrait parfois se demander qu'elle serait la justification des agences en charge des réalisations si on leur montrait les réactions émotionnelles et cognitives liées à leur travail. Tout ceci donnent trop à mes yeux le sentiment que ces créations relèvent d'un "j'aime / j'aime pas" du créatif en charge du son et de sa capacité à enrober son travail pour faire la vente.

Exemple type de cette problématique: une agence qui développe le territoire sensoriel d'une marque en créant une bande sonore pour les magasins de la dite marque. Jusque là la démarche est pertinente et peu critiquable (hormis peut-être dans les moyens qui peuvent être mis en oeuvre), mais elle le devient réellement lorsque l'on se rend compte que la perception client n'a a aucun moment été analysée...

Tout ceci pour dire que certaines pratiques du design ne pourront se disséminer dans les entreprises que lorsqu'elles seront mises en place avec un minimum d'analyse et d'exigence.