La beauté est dans la moyenne

Par Nicolas Minvielle mercredi 17 Novembre 2010.
La beauté est dans la moyenne 3 1 "Je ne sais pas ce que qu'est le beau" Philippe Starck http://dicidesign.com/blog/2010/11/...

On voit régulièrement dans les magazines des résultats d'études portant sur la beauté et son appréciation. Ces études concluent toutes que les visages préférés sont ceux qui sont dits "prototypiques". Ce dernier terme, fort barbare évalue le degré selon lequel un objet est représentatif de sa catégorie, un objet prototypique possédant alors les attributs moyens de sa catégorie. Le phénomène qui nous amène à préférer des visages prototypiques est dénommé "beauty in averageness".

Deux auteurs américains ont essayé de dépasser les analyses de visages pour se poser la question de l'impact de la prototypicalité des objets sur l'évaluation esthétique qui en est faite.

Pour ce faire, ils ont testés deux hypothèses:

1. Plus un produit s'éloigne de sa catégorie (et devient moins prototypique), moins les réponses esthétiques seront favorables.

2. Plus un produit perd de son "unité", moins les réponses esthétiques sont favorables.

Pour l'hypothèse numéro 2, la notion "d'unité" représente tous les aspects visuels d'un produit qui, une fois assemblés, font sens. Les assemblages pouvant être symboliques, causals ou autres.

En conclusion donc, les auteurs ont testé d'un côté l'impact de la facilité à catégoriser un produit, et de l'autre, l'impact de la facilité à évaluer la cohérence des relations spatiales existant entre les parties d'un objet.

Pour l'analyse, des personnes ont du évaluer des produits qui, au fur et à mesure des tests, avaient une forme qui évoluait (distorsion par rapport à la catégorie), ou étaient assemblés de manière non évidente (distorsion de l'unité).

Les résultats sont robustes et soulignent que:

1. Plus un produit est prototypique et dispose d'une forte unité, plus il est apprécié en termes de réponses esthétiques.

2. Les notions d'unité jouent un rôle additif par rapport aux notions de catégories (prototypicalité). Une des conséquences de cet aspect de l'évaluation des produits est qu'il est important pour un acheteur de pouvoir mener des comparaisons afin de faire une évaluation esthétique d'un produit. Le cas des linéaires de la grande distribution est un bon exemple d'un cadre permettant de définir si tel ou tel produit a une bonne "unité" et s'il est donc plus ou moins plaisant.

Ce types de recherches permet d'expliquer le succès de certains produits qui sont parfaitement iconiques d'une catégorie. On peut par exemple penser à la Miss Sissi ou à la Miss K, excellents exemples de design prototypiques et assumés comme tels:

Cette recherche étant présentée, il est nécessaire de souligner qu'une partie de la recherche a aussi trouvé un effet dit "d'incongruité" ou de "nouveauté". Il semble en effet que pour certaines typologies de produits, les notions de familiarité n'ont plus un impact positif. C'est par exemple le cas pour certains produits très haut de gamme, où l'exclusivité est parfois associée à des formes très atypiques. Ou encore, lorsque la recherche de variété a pour conséquence la recherche de nouveauté.

Une autre question importante réside dans la compréhension du phénomène: pourquoi existe t'il une telle tendance à préférer des produits prototypiques?

Les réponses sont nombreuses:

1. Ils familiers et donc plus appréciés.

2. Ils sont préférés car leurs attributs ont plus de valeur. L'idée est ici que certains produits deviennent leaders sur leurs marchés, et donc iconiques, définissant ainsi les préférences des consommateurs sur ces secteurs. (on pourrait ici souligner que c'est le travail de tout brand manager...)

3. Ils ont une capacité à représenter la totalité de la catégorie, et ont donc une valeur per se en termes d'informations (tiens, j'ai bien affaire à une lampe...)

Tout ceci ne veut pas dire qu'il faut dessiner des produits prototypiques, mais la recherche souligne malgré tout que les notions de catégorisation et d'unité ont un rôle fondamental dans l'évaluation esthétique des produits.


Commentaire(s) :

Par Prof Z, le 03/12/2010

"Je ne sais pas ce que qu'est le beau" Philippe Starck
http://dicidesign.com/blog/2010/11/...



> > Commentez cet article !

Faire un lien vers l'article : La beauté est dans la moyenne

Cliquez, copiez, puis collez directement le code sur votre blog, site web ou forum.

Lien sur un blog / site web :


Lien sur un forum :